réseaux automatisés

Les enjeux culturels de l’automatisation des réseaux

La mutation vers des process automatisés pose souvent des questions organisationnelles

La configuration automatisée des réseaux montre de nombreux intérêts, de la simplification des tâches répétitives à la réduction des erreurs liées aux interventions humaines. Elle permet également de maintenir une certaine stabilité dans les processus.

Cependant, la gestion automatisée fait face à des enjeux organisationnels, politiques ainsi que culturels. Il existe 4 piliers souvent discutés dans la sphère des Administrateurs Réseaux. On pourrait les nommer ainsi : CAMS. Culture – Automation – Measurement – Sharing. La culture est fondamentale, non car elle permet de rédiger un bel acronyme, mais surtout car elle est essentielle au succès.

Nous observons une multitude d’enjeux politique et culturels dans l’automatisation des réseaux. Avec souvent un parallèle avec ce qu’il s’est passé dans le monde des serveurs quelques années auparavant, que nous pouvons résumer ainsi : appréhension et manque de confiance.

Pour être honnête, les enjeux sont considérables dans le monde des réseaux. Il est couteux et compliqué de construire des infrastructures réseaux hautement redondante, et quand bien même, certaines erreurs de configuration peuvent se propager rapidement et affecter la redondance de l’infrastructure dans la globalité. De plus, alors que qu’un problème de configuration d’un serveur peut être isolé d’une simple application à plusieurs machines virtuelles, un problème de configuration impactant un réseau peut affecter 30 ou 40 serveurs. Ce qui signifie des centaines de machines virtuelles et de containers.

Les décisions d’implémenter l’automatisation sans prendre en compte les caractéristiques de son business, ou sans bien comprendre ce qu’est l’automation, peuvent avoir des conséquences désastreuses. L’automatisation est un processus qui requière du temps, des ressources et une approche d’amélioration continue. Les ingénieurs peuvent ressentir un sentiment de frustration et montrer une forme de résistance face à ce nouveau process ou nouvel outil. En impliquant les équipes de manière précoce, il est possible de limiter ces freins psychologiques. Les équipes pourront même s’impliquer fortement dans le projet en proposant des outils ou des organisations à mettre en application.

En d’autres termes, les équipes responsables de l’infrastructure réseau pourraient même devenir moteur et aider l’équipe de direction à aller de l’avant. Afin d’obtenir une adhésion, les ingénieurs devront traduire leurs besoins en termes de retour sur investissement et utiliser des indicateurs propres à la Direction.

Voici la finalité : condenser les résultats en termes compréhensibles pour votre audience. C’est aussi le principal challenge des ingénieurs, mais vous devez traduire vos objectifs techniques en objectifs de business. La diminution des erreurs et la réduction du temps de mise en œuvre sont importantes, mais à nouveau faites le lien avec les objectifs de la Direction.

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *